L'Oeil du Xeul

"Nous vivons à une époque où le superflu est notre nécessité" O. Wilde

Ma photo
Nom :
Lieu : Paris, France

Alex Gaudin est Planneur Stratégique dans une agence de publicité. Après des études de sociologie sur les Sounds System Techno, part travailler en Afrique du Sud pendant un an, avant de revenir s'investir en France dans le domaine culturel, à travers l'organisation de concerts pour des artistes de jazz. Travaille également pendant dix ans au sein du Montreux Jazz Festival.

20 février 2007

"Envoyé spécial" à moindre coût...



La presse papier est concurrencée un peu plus chaque jour par un double phénomène: l'impact des technologies numériques sur les modes de production et de diffusion de l'information, et un phénomène plus récent de délocalisation des compétences.

Si la presse papier est aujourd'hui confrontée de plein fouet à ce double phénomène, c'est avant tout dans une optique de réduction des coûts.

Face au développement d'une info faussement gratuite (faussement car quand le support est gratuit, c'est qu'il est plein de pub et la pub a souvent une incidence sur le contenu éditorial d'un titre...) et à la concurrence de l'info accessible en ligne, les quotidiens cherchent tous à réduire leurs coûts tout en optimisant la production et la diffusion des contenus sur une multiplicité de supports.
La première étape, observée depuis un certain temps dans les pays anglo-saxons, consiste à réorganiser les ressources journalistiques autour de pôles de production: les journalistes sont astreints à la production de contenus multimédias, qui sont ensuite diffusés sur papier, internet, podcast, etc.
La deuxième étape, toujours dans une logique de réduction des coûts, mais aussi pour suivre un lectorat toujours plus mobile et volatil, consiste à tester le journal sur feuille électronique. Les Echos testent actuellement cette formule. Une vingtaine de titres dans le monde travaillent à des projets similaires.
Enfin, troisième étape, peut-être la plus extrême, et relatée dans un article italien repris par Courrier International: la délocalisation des compétences rédactionnelles!
On savait que c'était déjà le cas dans les jeux vidéo .
Pratiquement, il s'agit de sous-traiter la rédaction de rubriques ou d'articles à une main-d'oeuvre à bas prix.
L'Inde est le grand champion de ce type de prestations: après l'externalisation des services comptables, informatiques, etc, des sociétés comme Cicada Media ou HiTech Export proposent la rédaction de rubriques à distance.
Et s'il s'agit d'une rubrique locale, pas de problème, Google Maps à portée de souris, le journaliste Indien sera en mesure de vous parler des prochaines émeutes en banlieues comme s'il y était!
A quand la délocalisation des ressources stratégiques, créatives et commerciales des agences de pub non compétitives ?
Et quand les lecteurs seront fauchés, faute de salaires décents pour réduire les coûts, pas grave, on ira chercher des lecteurs en Inde...

2 commentaires:

Anonymous yves a dit...

Superbe papier !!! J'ai envie de le reprendre in extenso. Je peux ?

12:22 PM  
Anonymous alex a dit...

avec plaisir, Yves.

12:24 PM  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil