L'Oeil du Xeul

"Nous vivons à une époque où le superflu est notre nécessité" O. Wilde

Ma photo
Nom :
Lieu : Paris, France

Alex Gaudin est Planneur Stratégique dans une agence de publicité. Après des études de sociologie sur les Sounds System Techno, part travailler en Afrique du Sud pendant un an, avant de revenir s'investir en France dans le domaine culturel, à travers l'organisation de concerts pour des artistes de jazz. Travaille également pendant dix ans au sein du Montreux Jazz Festival.

21 janvier 2010

Les vertus de l'imprécation




















"Or, si nos entreprises ont acquis au cours des vingt dernières années des muscles épais et solides, si leur capacité de production a formidablement progressé, leurs cerveaux, eux, sont restés petits. [...] Maintenant, le temps est venu de parler, de se parler, de vivre, risquons le terme, relativement heureux et détendus sur le lieu de travail".

Serait-ce le cabinet Technologia qui s'exprime ainsi sur la situation de France Telecom, ou alors un expert auto-proclamé à propos du fameux équilibre vie privée-vie professionnelle ?
Pas du tout, il s'agit d'un extrait de l'Imprécateur, Prix Fémina 1974, écrit par René-Victor Pilhes, ancien publicitaire (ce qui ne manque pas de charme rétrospectif, à la lecture du livre).
L'Imprécateur, c'est un roman de 350 pages qui s'avale avec gourmandise, autour de la thèse suivante: la course effrénée au profit au sein des grandes entreprises conduit à ravaler les valeurs humaines au rang de cale-porte.

Plein d'humour et de verve, Pilhes nous invite donc à la découverte de Rosserys & Mitchell, une grande entreprise internationale, qui se targue entre autres de faire valser les présidents en Amérique du Sud (le Chili par exemple...) ou d'influer sur les cours du pétrole.
Une vraie grosse entreprise où l'introspection et la remise en question ne font pas partie des qualités attendues du super management.

Un univers pétri de certitudes auquel s'attaque un mystérieux imprécateur, par la diffusion de pamphlets satiriques au sein du petit personnel.

La préface de l'édition chinoise de l'ouvrage présente ainsi l'Imprécateur: "L’Imprécateur raconte donc l’histoire d’un combat étrange entre des forces inconnues, mystérieuses, irrationnelles, occultes, et ce que le monde occidental a de mieux, de plus moderne, de plus exemplaire en cette fin de siècle, et qu’il présente comme tel : ses organisations technologiques, finançères, administratives, économiques, qui se déploient partout dans le monde. Dans la hiérarchie des valeurs et des exemples, les » managers « , les chefs de la » guerre économique mondiale » ont remplacé les instituteurs, les prêtres, les artistes, les militaires, les philosophes, les serviteurs de l’état."

Bref, un bouquin à découvrir et relire. Et pour les amateurs, un film (super galère à trouver...) a été tiré de l'ouvrage, réalisé par Jean Louis Bertucelli, avec Jean Yanne, Michel Piccoli, Jean- Pierre Marielle, Marlène Jobert, Jean-Claude Brialy...

3 commentaires:

Blogger Gil R a dit...

très intéressant...

2:09 PM  
Anonymous clément a dit...

Un livre qui m'a beaucoup marqué, mêlant habilement la réflexion philosophique à une intrigue bien ficelée. Je ne savais pas qu'un film en avait été tiré. Si tu le récupères en format numérique, tu me fais signe? Bise

11:21 AM  
Anonymous alex a dit...

Salut Clément, j'ai pour l'instant récup le film en VHS!En attente d'une solution pour le transférer sur DVD...

1:06 PM  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil