L'Oeil du Xeul

"Nous vivons à une époque où le superflu est notre nécessité" O. Wilde

Ma photo
Nom :
Lieu : Paris, France

Alex Gaudin est Planneur Stratégique dans une agence de publicité. Après des études de sociologie sur les Sounds System Techno, part travailler en Afrique du Sud pendant un an, avant de revenir s'investir en France dans le domaine culturel, à travers l'organisation de concerts pour des artistes de jazz. Travaille également pendant dix ans au sein du Montreux Jazz Festival.

15 septembre 2010

Bonjour, c'est pour quoi ?




Pour Clay Shirky, « media is the connective tissue of society ».

Sans revenir sur les bouleversements induits par les TIC (plus besoin de parler de Nouvelles…) dans les media, on peut néanmoins relever un phénomène essentiel : Internet a aboli la frontière existant entre média « privés » - tout ce qui relevait de la communication interpersonnelle et propre à la sphère privée : courrier, téléphone, et média « publics » – tout ce qui relevait d’une expertise professionnelle et propre à la sphère publique : presse, cinéma, radio, télévision.

D’un point de vue marketing, les choses étaient alors simples : un annonceur achetait une audience relevant d’un média public et faisait passer son message.

Aujourd’hui, c’est plus compliqué : l’abolition de la frontière entre média privés et publics consécutive à la facilité d’accès aux outils de production de contenus, a changé les règles du jeu.

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, il est quand même bon de rappeler que la publicité est une interruption. Si celle-ci n’est pas synonyme de valeur pour l’individu, alors votre pub rejoindra les 99% de pub qui n’ont aucun intérêt et aura pour seul effet de déranger l’individu.

Autrement dit, les audiences ne s’achètent plus mais se gagnent. Il faut donc aller là où se trouvent les nouvelles audiences, en ligne.

La grande mode étant à la relation, l’échange avec les consommateurs, les marques lorgnent avec intérêt ces nouveaux espaces médiatiques que sont les réseaux sociaux.

Mais pour y faire quoi ? Pour les individus qui y passent un temps certain, ces espaces incarnent le paradoxe (pas toujours perçu…) d’offrir un contenu qui relève plutôt des anciens médias privés – communications interpersonnelles, dans un contenant technique qui l’apparente à un média public.

Cette confusion contenu privé-contenant public rend délicat l’exercice des marques.

Imaginez-vous en train de discuter tranquillement entre amis chez vous quand quelqu’un sonne à la porte. Vous vous levez, ouvrez et un individu essaye de vous vendre quelque chose. Il vous a donc interrompu dans votre activité, a utilisé une partie de votre attention (capital non extensible à l’infini) et sa proposition a peu de valeur ? Mauvais point pour la marque. En revanche, il vous a interrompu mais vous propose quelque chose d’intéressant ? Bon point pour la marque.

En ligne, cela fonctionne exactement pareil. Madame la marque, vous m’interrompez dans mon activité et essayez d’attirer mon attention. Eh bien, essayez de réfléchir à la valeur ajoutée que vous souhaitez m’apporter. Et s’il n’y en a pas, allez au diable !

2 commentaires:

Anonymous JC a dit...

Des fondamentaux que beaucoup de créatifs ont oubliés ... ;-)

10:19 AM  
Blogger Thierry a dit...

Merci pour ce rappel tout simple pour des besogneux de la pub comme vous... Mais pas sievident que ca pour un simple consommateur de media comme moi. La pub qui derange franchement est finalement une contre-pub : l'annonceur a paye pour 'pire que rien' puisque le consommateur ne l'aime plus...car il a ete derange pour rien. Merdum..... Dur metier que publiciste!

11:33 PM  

Publier un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil